parcours

La préfecture de police de Paris a l’obligeance de dévoiler le parcours de la manifestation qui se déroulera dans la capitale le 25 mars prochain et dont Jean-Marc, coordinateur de l’antenne FFMC locale, rappelle ici les enjeux. C’est, du moins, ce que l’on peut déduire de la carte qu’elle propose sur son site, que l’on trouve en cherchant la date du 25 mars.

Les franciliens se retrouveront comme de coutume à 14h00, horaire d’été, sur l’esplanade Saint-Louis, au sud du château de Vincennes. Ensuite, le périphérique porte de Charenton où l’on récupèrera sans doute les provinciaux de l’est, arrivés porte de Montreuil, sortie du périphérique à la porte d’Italie avec les provinciaux du sud, avenue d’Italie, boulevard de l’Hôpital qui permet de si jolies photos, Bastille, Rivoli, Concorde. Du classique, en somme, un peu le Bastille-Nation du mouvement motard.

Mais peut-être faut-il interpréter la carte de la préfecture comme montrant trois parcours différents, quadrillant tout Paris pour finir par de grandes retrouvailles, place de la Concorde. Même si la météo est un peu trop optimiste et risque de favoriser le pire ennemi des manifestations, la sortie du dimanche, ça s’annonce grand.

ouverture de la saison

Disposer d’une remarquable capacité à faire énormément de bruit n’aide pas forcément à se faire entendre, en particulier d’un pouvoir résolu à faire la sourde oreille. Après une année 2011 particulièrement riche en manifestations, la FFMC retourne donc dans la rue dès le week-end des 24 et 25 mars. Cette ouverture de saison un peu hâtive tient compte d’un calendrier électoral extrêmement lourd, puisque les deux instances essentielles de la République française, la Présidence et l’Assemblée Nationale, seront renouvelées cette année, en mai et en juin. Ce qui laisse assez peu d’espace pour se placer.

Or, plus que jamais, la revendication est nécessaire, face à un pouvoir finissant qui s’est illustré par son comportement aussi obtus que stigmatisant, persuadé qu’il est de bientôt toucher les dividendes électoraux de son attitude répressive face, aussi, à ses opposants actuels, qui ne se distinguent pas spécialement par leur connaissance des usagers de deux-roues motorisés, ni leur reconnaissance de leurs pratiques. L’objectif sera donc, comme dans toute manifestation, avant tout de faire nombre : aussi les défilés s’étaleront-ils sur deux journées, le samedi 24 en province, le dimanche 25 à Paris, où l’on espère accueillir nombreux les provinciaux qui en voudront encore.